Le fonctionnement d’une pompe a chaleur

Pompe a chaleur, comment cela fonctionne?

Veillez noter que dans cette page il est décrit le fonctionnement de la pompe a chaleur , géothermique, celle qui puise les calories dans le sol avec un serpentin horizontale ou verticale , le système aéro-thermique puise les calories dans l’air ambiant et est donc moins couteuse a l’ installation mais aussi moins efficace, cependant les contraintes et le principe d’installation restent quasi identiques.

principe_pompe_chaleur

Ce procédé conduit à capter les calories du sol et à les restituer sous une forme exploitable par un plancher chauffant ou des radiateurs à basse température (65° maximum).

Une pompe à chaleur (PAC) est constituée de tubes en polyéthylène formant un circuit vertical> ou horizontal, dans lequel circule un fluide calo-porteur (frigorigène).

Suivant quatre phases de traitements, ce fluide traverse l’évaporateur, le compresseur, le condenseur et le détendeur de la pompe à chaleur.

L’évaporateur est une section du circuit enfouie dans le sol où le fluide frigorigène emmagasine des calories en passant de l’état liquide à l’état gazeux.
L’énergie calorifique est restituée dans le circuit de chauffage (nommé condenseur) après avoir été comprimée et portée à haute température dans un compresseur.

Ayant cédé une partie de son pouvoir calorifique au condenseur en passant de l’état gazeux à l’état liquide, il sera porté à nouveau à basse température par le détendeur qui le décomprime avant d’être réinjecté dans l’évaporateur.
Ce schéma relativement simple de la pompe à chaleur géothermique peut toutefois être modifié et adapté à un système de chauffage existant avec (grâce à) l’utilisation de fluides intermédiaires.
Ce procédé se révélera plus coûteux mais bénéficiera d’extensions d’aménagement plus grandes, à savoir:

  • la possibilité de faire évoluer son installation de chauffage classique,
  • de disposer d’eau chaude sanitaire hors période de chauffage,
  • de bénéficier d’une climatisation relativement efficace en inversant le sens de circulation de la pompe à chaleur.

Cette liberté d’aménagement a pour conséquence d’utiliser plusieurs circuits indépendants dans lesquels circulent des fluides différents.

Avertissements:

L’on peut toutefois émettre des réserves à l’utilisation généralisée des pompes à chaleur.

La dissolution du fluide frigorigène dans l’atmosphère avec le démantèlement du circuit demeure un risque potentiel (récupération et recyclage).

La réversibilité du dispositif afin de produire du froid en été ne milite pas en faveur d’une approche bioclimatique de l’habitat.

De plus, l’électricité pâtit d’un souci de stockage, elle doit être produite, acheminée et distribuée en continu.
C’est pourquoi des cellules nationales suivent journellement la consommation et ajustent la production à son estimation, les donneurs d’ordres décident du volume, avec en réponse des délais inégaux entre les moyens appelés: centrale hydraulique, thermique ou nucléaire.

La production se régule par l’exportation aux pays voisins, une demande nationale en hausse réduit l’exportation et inversement (délestage).

Le fait est que les pics de consommation étalonnent la capacité du parc (nombre de centrales). Si une pompe à chaleur est économe en énergie, son démarrage est « énergivore », sa généralisation dans les foyers risque en contrepartie de générer des pics records à l’entrée de l’hiver exigeant le maintien ou le renouvellement de centrales (sur ce point, tous avis précis et fondés sont attendus).

Et enfin, l’énergie électrique consommée par le compresseur de la pompe à chaleur demeure à la source, non écologique.

A propos de Le bricoleur

J'ai pas toujours raison mais j'ai rarement tort. Je ne parle pas aux cons! Çà les instruit... On n'est pas en cours de Français ici! Montrez-moi les erreurs mais sans m'agresser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*